libéralisme ou démocratie : accueil

[Plan du site maniprop.com]
Accueil du site > Actualités, analyses, réflexions, commentaires

Actualités, analyses, réflexions, commentaires

Dernier ajout – vendredi 5 septembre 2014.
actualités, débats, commentaires, prises de position

Dans cette rubrique, on traite, si possible de façon prospective, des problèmes que pose l’actualité politique, culturelle et sociale.

0 | 10 | 20 | 30







  • Vers un taux de CO2 jamais vu depuis 200 millions d’années

    http://fr.cdn.v5.futura-sciences.com/buildsv6/images/wide1920/a/0/3/a03da9e4fb_105802_emission-co2-climat-energie-fossile.jpg
    14 avril, par webmaster@futura-sciences.com (Futura-Sciences) — climatologie, océanographie, développement durable, gaz carbonique, glaciation, carotte glaciaire, dioxyde de carbone, atmosphère terrestre, globigérine, foraminifère, acidité de l'eau de mer, Bärbel Hönisch, Lamont-Doherty Earth Observatory, CO2, période glaciaire, pléistocène, effet de serre, Réchauffement climatique
    Si nous brûlons toutes les réserves de combustibles fossiles jusqu'à la dernière goutte, le taux de CO2 dans l'atmosphère pourrait s'envoler jusqu'à 2.000 ppm en 2250 préviennent des chercheurs. Du jamais vu sur Terre depuis le Trias. L'ennui, c'est qu'aujourd'hui, le Soleil (...)
  • D'énormes explosions d'étoiles observées dans la nébuleuse d'Orion

    http://fr.cdn.v5.futura-sciences.com/buildsv6/images/wide1920/f/a/2/fa22881b34_105793_naissance-explosive-etoiles-orion.jpg
    13 avril, par webmaster@futura-sciences.com (Futura-Sciences) — étoile, nébuleuse, nuage moléculaire, formation d'étoiles, formation d'étoile, nébuleuse d'orion, OMC, ALMA, À la Une
    Les explosions d'étoiles sont le plus souvent assimilées à des supernovae (phases finales de l'évolution stellaire). Pourtant, cette fois, des observations d'Alma offrent un aperçu des processus explosifs se produisant non pas au moment de la mort mais de la naissance des étoiles. Un (...)
  • Présidentielle 2017 : Le « grand débat » à onze disséqué par l'éditocratie

    13 avril, par Blaise Magnin — Présidentielle 2017, , ,

    Après le premier débat télévisé de la campagne présidentielle organisé le 20 mars dernier par TF1 entre les cinq candidats en tête des sondages, et face à des « journalistes au bord du ring », nous nous prenions à rêver un peu « que, dans la suite de la campagne, les journalistes sportifs des chaînes en continu, déguisés en journalistes politiques, abandonnent le journalisme sportif pour s'informer et informer sur les positions en présence, et les présenter avec le plus de précision possible, en toute rigueur ». Un rêve de courte durée : il n'aura en effet pas fallu longtemps avant d'être ramené à la triste et dure réalité médiatique des choses !

    Le traitement du « grand débat » organisé par BFM-TV et CNews le 4 avril dernier, et qui réunissait cette fois les onze candidats à la présidence de la République, fut en effet au diapason du premier. À un détail près, toutefois : l'irruption des « petits » candidats qui, autant le dire tout de suite, laissa un goût amer aux « grands » journalistes politiques. Cette nouvelle configuration ne les empêcha pas de poursuivre sur un seul et unique registre : celui du « journalisme de compétition », qui voit dans l'élection présidentielle un affrontement au long cours, où seuls importent le résultat final et les stratégies des principaux concurrents. Et dans ce traitement « sportif » de la campagne, que deviennent alors les débats audiovisuels ? Des épreuves, ou plutôt des phases de qualification à commenter comme telles. Sur les sites des médias dominants, au lendemain du débat, il s'agissait donc presque exclusivement de jauger les performances et d'analyser les tactiques individuelles, de relever les joutes verbales et les répliques cinglantes ; mais d'examen comparatif ou approfondi des prises de position, il ne fut presque pas question.

    Un journalisme déploratif et prescriptif

    On ne le sait que trop, les « grands » médias honnissent les « petits » candidats. Et on ne compte plus les proclamations éditocratiques outragées contre l'obligation faite aux médias audiovisuels d'offrir en période électorale un temps de parole à peu près équivalent à tous les candidats.

    Nul ne sera donc surpris de la réprobation unanime et parfois brutale provoquée par le format de ce débat. À commencer par celle d'Alba Ventura dans « L'Édito politique » de la matinale de RTL : « On constate qu'un seul débat à onze suffira amplement. C'était long, fastidieux, cacophonique, parfois caricatural. Avec cette impression d'être plus au spectacle (sic) que devant un débat de présidentielle. […] C'est un débat qui n'a pas permis aux favoris de percer, et qui a offert aux plus petits candidats certes une belle tribune, mais sans véritable crédibilité. »

    Aux Échos le même verdict s'abat dans un article au titre explicite (« Présidentielle : le premier débat entre les onze candidats tourne à la confusion ») : « Le débat télévisé entre tous les postulants à l'Elysée n'a pas tenu ses promesses et a souvent viré à la cacophonie. Les principaux candidats ont manqué de temps pour dérouler leurs propositions. »

    Au Figaro aussi, le rédacteur est un mélomane déçu : « Mardi soir, les « petits » candidats ont, sans surprise, voulu être offensifs pour mieux se faire entendre. Les échanges ont vite viré à la cacophonie . »

    À L'Express, les ressentis sont les mêmes : « À cinq, l'exercice était déjà compliqué sur la forme, il y a quelques semaines. Mais à onze, il est devenu quasiment impossible, se résumant à une série d'exposés ou à quelques joutes verbales virant à la cacophonie générale. […] Finalement, les rares échanges directs entre candidats ont viré au charivari général. » ; tout comme au Huffington Post : « S'il fallait une démonstration qu'un plateau réunissant onze interlocuteurs n'a rien d'une symphonie, la cacophonie qui s'est exprimée pour le premier débat télévisé réunissant tous les candidats à l'élection présidentielle a clairement atteint son but. »

    Enfin, on ne manquera pas de saluer l'originalité de l'éditorialiste politique de la matinale d'Europe 1, choisissant quant à lui la métaphore ménagère : « Un capharnaüm souvent incompréhensible. Des interventions saccadées, pas de débat. La seule vertu, là où le contrat est rempli c'est sur la mise en lumière des petits candidats. […] Alors question : au vu de ce débat, y aurait-il un second débat du même type ? Ça paraît peu probable, d'abord ça ne sert à rien. ».

    Ce joli concert médiatique, qui nous laisse entendre tout de mêmes quelques fausses notes et autres grinçantes contradictions, appelle quelques remarques :

    - Il est regrettable que des chroniqueurs, des rédacteurs et des éditorialistes de renom confisquent l'antenne ou gâchent de précieuses colonnes pour faire savoir à la France entière si le débat a ou non été à leur goût, ou si sa partition a été suffisamment harmonieuse pour leurs oreilles délicates ! En accordant une telle place à des considérations aussi personnelles, ou à leur opinion quant à l'opportunité d'organiser un second débat ou non, ils choisissent d'ensevelir les aspects programmatiques des discussions sous un journalisme de pur commentaire, de décorum et de prescription. Dommage pour des professionnels si soucieux de la qualité du débat public…

    - On comprend ensuite que c'est bien la présence des « petits » candidats qui a troublé la quiétude et la propension de ces « grands » journalistes à commenter en rond. Pas facile de défendre leur point de vue de toujours, celui de l'inutilité démocratique des « petites » candidatures, tout en étant bien obligé de reconnaître, non sans embarras, que les « petits » candidats sont parvenus à « exister » dans le débat, parfois même à être convaincants, ou du moins à exprimer des points de vue légitimes et singuliers. Ne leur reste alors plus que l'injure et l'outrance, à la manière d'un Bruno Roger-Petit qui tonne contre Philippe Poutou, rebaptisé « l'inquiétant bouffon de la République » dans Challenges ; ou bien le raisonnement tautologique et autoréalisateur, nourri par des décennies de sondomanie – lequel n'exclut pas non plus une bonne dose de mépris – : il ne serait ainsi pas « raisonnable » d'empiéter sur le temps de parole et sur la tranquillité des « grands » candidats pour offrir un quart d'heure de célébrité médiatique aux « petits ». Quant à favoriser l'expression de tous les courants politiques, même minoritaires, pendant mais aussi hors période électorale, c'est-à-dire garantir un véritable pluralisme politique dans tous les médias, cela n'effleure évidemment pas nos sommités journalistiques.

    - Enfin, on reste coi devant ce menu paradoxe qui consiste à d'abord regretter « la cacophonie » des échanges entre les candidats pour mieux se délecter ensuite des meilleures réparties, des « clash » et des affrontements les plus vifs… Car une fois encore, une bonne partie de la couverture médiatique de ce débat s'est apparentée à une critique de spectacle !

    Téléréalité ou épreuve sportive ?

    À ce petit jeu, ce ne sont pas tant les arguments politiques, les trouvailles programmatiques ou la cohérence idéologique que mettent en exergue la plupart des journalistes, mais bien les ficelles rhétoriques, les saillies les plus impromptues, les incidents cocasses, bref, toutes les péripéties extra politiques et potentiellement distrayantes du débat. Quitte à pousser très loin la métaphore sportive, ou autre…

    La palme de l'audace (et de la confusion) revient indubitablement au « Huffington Post », avec ce petit montage illustrant leur article déjà cité et intitulé : « Dans la cacophonie générale du débat de la présidentielle, qui a su faire entendre sa voix ? »

    ""

    Et visiblement, nombreux sont les amateurs de télécrochet et de music-hall qui peuplent les rédactions. Lorsque Philippe Poutou fait valoir avec éloquence une certaine combativité ouvrière, la plupart des médias dominants préfèrent en ignorer le sens et la portée politiques, pour plutôt s'esbaudir devant ses qualités de showman et ses « punchlines » [1].

    Ainsi du Figaro :

    ""

    de L'Express :

    ""

    de 20minutes :

    ""

    ... et de bien d'autres encore. On mentionnera tout de même le « Huffington Post » qui, insatiable, se plaît encore à imaginer ce qu'aurait pu être le premier débat télévisé en titrant : « Les punchlines de Poutou auxquelles Macron, Fillon et Le Pen ont échappé lors du "Grand débat" de l'élection présidentielle » !

    ""

    France télévisions n'est pas en reste avec un « article-bêtisier », intitulé « Présidentielle : moqueries, rires, fatigue... Sept moments captés par le réalisateur du "Grand débat" », construit à partir de captures d'écran, de tweets, et de courts extraits vidéo, et qui, comme son titre l'indique, se repait de ce que le débat a pu offrir de plus dérisoire. Voici quelques séquences qui ont visiblement ravi les journalistes du service public : « Quand Philippe Poutou s'est retourné pour parler à ses proches » ; « Quand François Asselineau a fait rire Marine Le Pen » ; « Quand François Asselineau a été d'accord avec Philippe Poutou » ; « Quand Philippe Poutou a stupéfait un spectateur de l'émission » ; « Quand la fatigue a gagné le public ».

    Mais c'est encore la parabole sportive qui est la plus communément utilisée. Citons encore le « Huffington Post », qui file la métaphore pugilistique : « Nicolas Dupont-Aignan s'est mué en homme-orchestre pendant tout le débat, distribuant les gifles et les attaques à gauche comme à droite. ; ou encore, à propos de Benoît Hamon : Le député des Yvelines a toutefois repris quelques couleurs en se montrant plus cogneur face à Marine Le Pen et François Fillon ». Au Figaro également, on vibre quand le pugilat menace d'éclater : « Jusque-là, tout cela tourne un peu en rond. Mais arrive le moment de débattre sur la question de l'exemplarité en politique. Frisson sur le plateau, goût du sang devant l'écran », tandis que dans une même inspiration, Le Parisien propose sur son site un article intitulé « Grand débat : florilège des passes d'armes entre les candidats », qui débute en ces termes : « Malgré leur temps de parole limité, les candidats ont usé beaucoup de leurs précieuses minutes à s'arranger (sic). Florilège des meilleurs uppercuts. »

    Le Parisien, justement, est le plus en pointe dans le registre de la compétition sportive : dès le lendemain du débat, la « Une » promet de faire le point sur les performances et le classement des candidats tandis qu'un article singe jusqu'à l'absurde le travail d'un reporter sportif lors d'un « grand match » de football :

    ""

    ""

    Une fois mis de côté ses travers les plus caricaturaux, la couverture médiatique de ce « grand débat » se limite à résumer les échanges à un concours d'éloquence et de stratégies de présentation de soi. Il s'agit alors pour l'essentiel de décortiquer les tactiques mises en œuvre, les performances individuelles et de classer les candidats. France télévisions passe ainsi en revue les prestations de chacun d'entre eux en tentant de résumer « sa stratégie » et de relever « sa formule choc » [2]. Dans l'édition du Parisien du 5 avril, on affirme « évaluer » les prestations des candidats selon plusieurs critères : « La précision, le style, le fair-play, la meilleure formule ou encore la combativité ». Et bientôt la stature physique, la tenue de la coiffure, l'élégance vestimentaire et le charisme ?

    Ne croyons pas si bien dire, puisque de nombreux éditorialistes se sont indignés d'un prétendu manque de maintien de Philippe Poutou et se sont plus à administrer des leçons d'étiquette. Contentons-nous ici des propos virulents tenus juste après le débat, sur BFM-TV, par Anna Cabanna ; on trouve dans sa tirade un beau condensé de morgue éditocratique, doublée en l'occurrence d'une bonne dose de mépris de classe : « Je ne trouve pas que Philippe Poutou mérite quelque honneur que ce soit, il s'est quand même conduit de façon très irrespectueuse [...] On peut marquer les esprits, tout en se conduisant de manière irrespectueuse néanmoins. [...] Nathalie Arthaud, elle avait de la dignité, une spontanéité, une éloquence... Philippe Poutou, en revanche, il apostrophait les uns et les autres par leurs noms de famille, sans mettre ni madame, ni monsieur ni un prénom, il s'asseyait derrière son pupitre, se retroussait les manches, se retournait pour parler avec son public, refusait de prendre place sur la photo collective. […] Il s'est conduit de manière irrespectueuse. Il y a un irrespect dans sa posture de bout en bout, et une forme d'indignité par rapport à la solennité d'un débat présidentiel. »

    C'est une bien curieuse conception de la politique qui transparaît de ces commentaires d'une effrayante uniformité, et qui occulte entièrement le travail collectif des partis, les aspirations collectives que traduisent les programmes, et les réalités collectives que sont les groupes sociaux représentés par les candidats…

    Et pour finir… le sondage Elabe !

    À l'issue du premier débat, BFM-TV avait fait réaliser un questionnaire en ligne, pompeusement rebaptisé « sondage » malgré sa méthodologie bancale et sa fiabilité plus que douteuse, pour déterminer quel candidat l'avait emporté. Pour l'anecdote, Emmanuel Macron en était sorti vainqueur, alors même que tous les autres médias s'étant livré à la même expérience voyaient Jean-Luc Mélenchon caracoler en tête, montrant la capacité de ses partisans à se mobiliser en ligne. Nombre d'internautes avaient brocardé BFM-TV pour cette analyse à contre-courant.

    Le soir du 4 avril, le nouveau sondage Elabe réalisé par BFM-TV donne bien le leader de la France insoumise vainqueur du « grand débat »… Ce qui n'est pas du tout du goût de Bruno Jeudy, l'éditorialiste maison, et donne lieu à cet échange savoureux avec le présentateur :

    - Jean-Baptiste Boursier : « Je vous ai entendu réagir au moment où vous avez découvert les résultats de qui avait le meilleur programme, pourquoi vous réagissez, Bruno Jeudy ? C'était presque un "Ah oui ?!" »
    - Bruno Jeudy : « C'est surtout la montée de Jean-Luc Mélenchon, il y a une part d'irrationalité maintenant dans sa montée, c'est vrai que sur les qualités de débatteur, c'est incontestable que ce soir il est encore le meilleur. [...] Il a bien choisi ses répliques et ses angles d'attaque, c'était très différent comme stratégie, comme quoi c'est vraiment un as dans le débat ; en revanche, c'est vrai que ce qui apparaît comme paradoxal, c'est que son projet maintenant deviendrait presque à l'égal de celui d'Emmanuel Macron, et même devant celui de François Fillon, comme le meilleur projet ! Je pense que beaucoup de Français n'ont pas totalement regardé le projet... ou alors la société française est en train de basculer vraiment vers l'envie d'une sixième République, l'envie d'idées assez... mais peut-être, hein, je m'interroge sur cette forme d'irrationalité qui fait que la forme prend le pas sur le fond. »
    - J-B. Boursier : « Quand vous dites irrationnel, pourquoi ? »
    - Bruno Jeudy : « Parce que la forme semble prendre le pas sur le fond s'agissant de Jean-Luc Mélenchon, c'est vrai qu'il apporte du verbe, qu'il apporte même presque un lyrisme, une poésie dans ses meetings, qui font que ça marche très bien. »
    - J-B. Boursier : « Bruno Jeudy, c'est pas parce que c'est... ça dépend de l'opinion des gens. »
    - Bruno Jeudy : « Mais je pense que ce sont des très bons moments de télé, on est d'accord. »

    Un moment révélateur des contradictions dans lesquelles est empêtrée une éditocratie qui n'assume pas ses partis-pris, qui les camoufle derrière un point de vue faussement neutre et vraiment dépolitisant sur la qualité du spectacle, qui ramène toute position contraire à ses opinions vers on ne sait quelle irrationalité, ou qui prétend que, stupides qu'ils sont, « les Français n'ont pas totalement regardé le projet ».

    ***

    C'est une fois encore l'extrême misère du journalisme politique qui ressort des commentaires et des analyses médiatiques de ce deuxième « grand débat ». Les logiques concurrentielles et mercantiles qui sous tendent ce naufrage journalistique quasi général sont évidemment inamendables dans la temporalité courte d'une campagne électorale. Les transformations structurelles nécessaires ne seront possibles qu'en faisant des médias une question... politique. Ce que bien peu de candidats semblent disposés à faire sérieusement - et ce ne seront certainement pas les médias qui les contrediront -, comme nous le verrons sous peu dans un examen détaillé des propositions des différents candidats en la matière.

    Blaise Magnin


    [1] Une « punchline » désigne dans plusieurs domaines artistiques, comme chez les rappeurs ou les humoristes, une phrase choc, une réplique drôle ou percutante.

    [2] Et c'est ainsi que, sur le service public, on met en exergue comme si de rien n'était cette merveille de rhétorique frontiste : « La France est une université des jihadistes ».

  • L'hypothèse de Riemann enfin démontrée ?

    http://fr.cdn.v5.futura-sciences.com/buildsv6/images/wide1920/b/5/1/b51e8f8446_105761_hypothese-riemann-nombre.jpg
    12 avril, par webmaster@futura-sciences.com (Futura-Sciences) — Mathématiques, hypothèse de Riemann, Université Brunel, fonction zêta, théorie des nombres, distribution des nombres premiers, nombres premiers, valeurs propres, Hamiltonien, solutions non triviales, physique quantique, physique des particules, nombre réel, nombre imaginaire
    En l'an 2000, l'Institut de mathématiques Clay (États-Unis) a publié une liste de sept problèmes non résolus et qualifiés de « problèmes du millénaire ». Parmi eux, celui de l'hypothèse de Riemann est peut-être le plus célèbre. L'institut promet depuis une récompense d'un million de (...)
  • Découverte d’une incroyable propriété du verre en surface

    http://fr.cdn.v5.futura-sciences.com/buildsv6/images/wide1920/b/d/6/bd67c503b9_105710_incroyables-proprietes-verre.jpg
    12 avril, par webmaster@futura-sciences.com (Futura-Sciences) — physique, verre, propriétés du verre, matériau amorphe, université de Pennsylvanie, mouvement des molécules, miel, ménisque, virus, couplage, densification du verre
    Le verre est un matériau surprenant. Même les chercheurs n'en maîtrisent pas encore toutes les caractéristiques. Des scientifiques américains apportent la preuve qu'il peut se passer des choses incroyables à la surface d'un verre, sans que le cœur du matériau n'en soit (...)
  • La vie pourrait exister au cœur de la croûte océanique jusqu'à 10 km de profondeur

    http://fr.cdn.v5.futura-sciences.com/buildsv6/images/wide1920/8/9/a/89a88dafa9_105779_serpentinite-oliver-plumper-utrecht-university.jpg
    12 avril, par webmaster@futura-sciences.com (Futura-Sciences) — océanographie, zoologie, microbe, écosystème, croûte océanique, chimiosynthèse, monts hydrothermaux, lithosphère océanique, basalte, sédiment, matière organique, micro-organisme anaérobique, JOIDES Resolution, Juan de Fuca, ADN, biosphère souterraine, serpentinite, acide aminé, South Chamorro, volcan de boue
    Des échantillons d'une roche appelée serpentinite, ramenés en surface par l'activité d'un volcan de boue de la fosse des Mariannes, se sont révélés bavards. Les molécules organiques qu'ils contiennent pourraient provenir de l'activité de bactéries vivant à 10 km de profondeur dans la (...)
  • Neutrinos stériles et révolution du modèle standard : le message du réacteur de Daya Bay

    http://fr.cdn.v5.futura-sciences.com/buildsv6/images/wide1920/f/9/2/f92a54ffe4_105722_antineutrino-daya-bay-reactor-neutrino-experiment-roy-kaltschmidt-lawrence-berkeley-national-laboratory.jpg
    12 avril, par webmaster@futura-sciences.com (Futura-Sciences) — physique, MiniBooNE, neutrino stérile, matière noire, oscillation des neutrinos, population III d'étoiles, antineutrino, LSND, Daya Bay Reactor Neutrino Experiment, anomalie, désintégration bêta
    Les neutrinos stériles sont l'un des serpents de mer de la nouvelle physique au-delà du modèle standard chassés par les chercheurs. Une très sérieuse anomalie avait été constatée avec les antineutrinos de ce modèle en relation avec les réacteurs des centrales nucléaires. Une expérience (...)
  • Ils trouvent votre code PIN grâce aux mouvements du smartphone

    http://fr.cdn.v5.futura-sciences.com/buildsv6/images/wide1920/6/8/3/6835aa5842_105718_smartphone-code-pin.jpg
    12 avril, par webmaster@futura-sciences.com (Futura-Sciences) — smartphone, accéléromètre, capteurs smartphone, sécurité smartphone, code PIN, applications mobiles, World Wide Web Consortium
    En exploitant les données des capteurs de mouvements d'un smartphone, des experts en sécurité sont parvenus à deviner le code PIN avec 70 % de réussite au premier essai et 100 % au bout du cinquième.
  • Les grands singes savent quand une personne se trompe

    http://fr.cdn.v5.futura-sciences.com/buildsv6/images/wide1920/1/5/c/15c3eb84ab_76335_chimpanze-canon-1967.jpg
    12 avril, par webmaster@futura-sciences.com (Futura-Sciences) — zoologie, éthologie des primates, comportement des primates, intelligence animale, intelligence sociale, chimpanzé, bonobo, orang-outan, grand singe, théorie de l'esprit
    Une expérience menée chez des grands singes montre qu'ils sont capables de comprendre que quelqu'un se trompe quand il dispose d'informations fausses. Une évidence pour un être humain mais pas pour un animal, ni même un bébé. Nos proches cousins disposent clairement d'une intelligence (...)
  • Emmanuel Macron, star d'un « événement » organisé par Challenges et Sciences et Avenir

    12 avril, par Henri Maler, Laurent Dauré — Présidentielle 2017, , , , ,

    Nous avons souligné dans de précédents articles [1] l'engagement politique à peine masqué de magazines appartenant tous – coïncidence troublante – au groupe Perdriel, du nom d'un richissime soutien public d'Emmanuel Macron. Un engagement que rien – pas même les « observations de la SDJ de Challenges – ne semble devoir interrompre.

    Cette fois, c'est un « événement » organisé par Challenges et Sciences et Avenir qui s'affiche sur d'innombrables kiosques de la région parisienne : une affiche électorale en quelque sorte, comme on peut le voir [2] :

    ""

    Le site Internet dédié à ce « 2e sommet des start-up » est hébergé par Challenges et l'événement est présenté « fièrement » par Vincent Beaufils, le directeur de la rédaction de l'hebdomadaire. Dans un « déroulant » consacré aux participants, la présence d'Emmanuel Macron est mise en avant.

    ""

    Comme ce sont des médias de la maison Perdriel qui reçoivent, aucun autre candidat n'est invité, du moins en tant que « speaker ».

    On se demande au passage pourquoi Sciences et Avenir, un magazine de vulgarisation scientifique, se trouve embarqué dans l'organisation d'un événement qui a réuni, lors de sa 1ère édition, « 600 start-uppers, business angels ou représentants de grandes entreprises »... Sans doute est-il trop tentant de s'associer à des partenaires connus pour leur attachement désintéressé à la science et à la diffusion des connaissances :

    ""

    Et pour clore le « sommet », qui disposera, avant le cocktail, d'une heure pour une intervention qui a pour titre l'intitulé même de l'événement ?

    ""

    On ne commente pas : on savoure ce petit four offert par une presse qui a le sens des « événements », à dix jours du premier tour de l'élection présidentielle.

    Laurent Dauré et Henri Maler


    [1] Consacrés respectivement à Challenges, Sciences et Avenir et L'Histoire.

    [2] Mille excuses pour la mauvaise qualité de l'image.

  • Liberté, Égalité, Informés : la tribune et les propositions

    12 avril — Journalisme sur le journalisme et les médias,

    Nous publions ci-dessous une tribune [1] parue le mercredi 5 avril 2017 et signée par Reporters sans frontières (RSF) et le collectif « Informer n'est pas un délit » [2]. (Acrimed)

    I. La tribune

    Le chômage ? La dette publique ? La santé ? L'environnement ? L'école ? La corruption ? L'évasion fiscale ? L'Europe ? La guerre en Syrie ? Aucun de ces sujets, que la conversation publique française saisit avec plus ou moins d'intensité à la faveur de l'élection présidentielle, n'aurait de sens sans une information digne de confiance, c'est-à-dire sans une information libre et indépendante.

    Problème : en 2017, la liberté d'informer, sans laquelle les démocraties ne sont que des promesses aveugles, gît une fois encore dans l'angle mort des urgences de la plupart des candidats. Cette liberté n'est pourtant pas le privilège d'une corporation, mais elle est au fondement du droit des sociétés à savoir. En un mot, c'est de vous qu'il est question. Vous qui lisez ce texte. Vous qui êtes appelés les 23 avril et 7 mai prochains à voter — ou pas. Vous qui, de gauche, de droite, du centre, d'ailleurs ou de nulle part, êtes au moment de la convocation aux urnes des citoyens dotés de convictions (ou pas), qui doivent dans tous les cas être instruits par des faits.

    La liberté d'opinion et la liberté d'informer sont des notions distinctes. La première est la liberté donnée à chacun, donc à n'importe qui dans une démocratie, de pouvoir donner sans risque son point de vue, à condition, cela va sans dire, que celui-ci n'enfreigne pas quelques lois élémentaires sur la haine de l'autre. La liberté d'informer n'est pas plus importante mais elle est tout aussi vitale. Elle est l'audace d'un pays qui, par ses lois et son écosystème institutionnel, politique et culturel, laisse prospérer en son sein les agents d'intranquillité que sont les journalistes. Ces emmerdeurs qui portent à la connaissance du plus grand nombre ce qu'on ne se savait pas avant de le lire, l'écouter ou le voir.

    L'information est un contre-pouvoir. Voter sans savoir ne sert à rien ; cela est connu depuis des lustres. Ecoutons le député Victor Hugo prévenir ses concitoyens à la tribune de l'Assemblée constituante, en 1848 : « Le principe de la liberté de la presse n'est pas moins essentiel, n'est pas moins sacré que le principe du suffrage universel. Ce sont les deux côtés du même fait. Ces deux principes s'appellent et se complètent réciproquement. La liberté de la presse à côté du suffrage universel, c'est la pensée de tous éclairant le gouvernement de tous. Attenter à l'une, c'est attenter à l'autre. ».

    Près de 170 ans plus tard, la cote d'alerte est de nouveau atteinte et, au thermomètre des démocraties, il y a désormais de quoi s'inquiéter. A l'heure de la “post-vérité”, qui veut que ce ne soient plus les faits qui font les opinions mais les opinions qui fabriquent du faux ; à l'heure où les attaques contre le journalisme sont devenues de tristes investissements électoraux chez de nombreux responsables politiques ; à l'heure où la concentration des médias a atteint en France un niveau historique, bref, à l'heure qu'il est, il fait sombre. Nous ne pouvons nous y résoudre.

    Que l'immense majorité de la production d'information en France (hors service public) soit aujourd'hui entre les mains de huit milliardaires financiers ou capitaines d'industrie dont le cœur d'activité est de vendre des armes, de la téléphonie, du BTP ou faire la banque, n'est pas une bonne nouvelle — a fortiori quand le chiffre d'affaires de certains dépend des bonnes relations avec les gouvernements en place ou, parfois, avec des dictatures étrangères. Après guerre, la presse française, qui avait sombré pour partie dans la collaboration et la corruption, s'était reconstruite sur les ambitions du Conseil national de la Résistance (CNR) qui invitait à « rétablir la liberté de la presse, son honneur, et son indépendance vis-à-vis des puissances financières ». Ce temps est révolu. Il faut en prendre acte et agir.

    Que le secret des sources, c'est-à-dire la protection des citoyens quand ils décident d'alerter la presse sur des informations d'intérêt public, soit si peu protégé par la loi n'est pas une bonne nouvelle.

    Que l'accès aux documents administratifs, qui appartiennent aux citoyens parce que leur contenu relève de l'intérêt général, soit à ce point inopérant en France, contrairement à ce qui existe dans d'autres pays (en Angleterre ou aux Etats-Unis), n'est pas une bonne nouvelle.

    Que le journaliste soit régulièrement désigné par de hautes personnalités comme l'ennemi public n°1 n'est pas plus une bonne nouvelle. Non pas que la critique des médias ne soit pas aussi importante que le journalisme lui-même, mais elle doit reposer sur des faits et non pas relever des tactiques populistes qui salissent le débat public.

    Ce n'est pas une bonne nouvelle, certes pour les journalistes, mais surtout pour vous, vous et vous. D'où qu'elle provienne, d'un média privé ou du service public, une information, quand elle relève de l'intérêt général et qu'elle est vérifiée, est un bien public. Elle appartient à tous.

    Comme une rue. Seulement voilà, la chaussée se rétrécit. Résultat : l'information est menacée d'uniformisation massive, le pluralisme est attaqué.

    Voici pourquoi, ce mercredi 5 avril, le collectif « Informer n'est pas un délit » et Reporters sans frontières (RSF) organisent une journée de mobilisation pour défendre la liberté de l'information en France. A quelques jours du scrutin présidentiel, alors que les violences contre les journalistes et les atteintes à l'indépendance des médias se multiplient dans notre pays, nous demandons au futur président de la République de prendre des engagements fermes pour défendre la liberté de l'information en France.

    Nous avons décidé de porter auprès des candidats cinq recommandations concrètes pour protéger la liberté et l'indépendance de l'information :

    1. Lutter contre la concentration des médias et assurer la transparence de la propriété des médias
    2. Faire adopter une nouvelle loi sur la protection du secret des sources
    3. Lutter contre les procédures abusives contre les journalistes
    4. Créer un délit de trafic d'influence appliqué au champ de l'information
    5. Faciliter et élargir l'accès aux documents publics pour tous.

    En France aussi, la liberté d'informer doit être défendue. C'est l'affaire de tous.

    II. Les propositions détaillées

    1. Lutter contre la concentration des médias et assurer la transparence de leur propriété
    - Modifier les dispositions obsolètes de la loi de 1986 sur l'audiovisuel, qui ne limite que les concentrations horizontales, et lutter contre la concentration des médias aux mains de groupes ayant des intérêts dans d'autres secteurs.
    - Assurer l'application des règles sur la transparence de la propriété de médias afin que l'obligation de révélation de l'identité des actionnaires soient respectée.
    - Mettre en place une obligation de transparence sur le bénéficiaire final de la propriété capitalistique d'un média.

    2. Faire adopter une nouvelle loi sur la protection du secret des sources
    - Renforcer la protection du secret des sources des journalistes, afin que l'atteinte ne soit permise qu'à titre exceptionnel, sur autorisation d'un juge, pour ne permettre que la prévention d'une série d'infractions listées précisément.
    - Abroger les délits de recel du secret professionnel, du secret de l'enquête ou de l'instruction, et d'atteinte à l'intimité de la vie privée pour les journalistes dans l'exercice de leur activité.

    3. Lutter contre les procédures abusives contre les journalistes
    - Mettre fin à la mise en examen “automatique” des journalistes en cas de plainte en diffamation avec constitution de partie civile.
    - Mettre en place des mécanismes permettant de dissuader les procédures qui visent à museler les journalistes.

    4. Créer un délit de trafic d'influence appliqué au champ de l'information
    - Renforcer les garanties de l'indépendance éditoriale vis-à-vis des actionnaires, des annonceurs et de toutes les parties prenantes externes.
    - Créer un délit de trafic d'influence appliqué au champ de l'information, transposition du délit de trafic d'influence existant pour les dépositaires de l'autorité publique.

    5. Faciliter et élargir l'accès aux documents publics pour tous
    - Élargir la liste des documents pouvant faire l'objet d'une demande d'accès et la liste des entités devant s'y soumettre.
    - Préciser la définition des documents ne pouvant donner lieu à communication.
    - Rendre contraignants pour les administrations les avis de la commission d'accès aux documents administratifs (CADA).


    [1] Les articles publiés sous forme de « tribune » n'engagent pas collectivement l'Association Acrimed, mais seulement leurs auteurs dont nous ne partageons pas nécessairement toutes les positions.

    [2] Le collectif « Informer n'est pas un délit » rassemble de nombreux journalistes issus de la presse écrite, de la radio, de la télévision et de l'Internet. Il a pour vocation de mener des combats citoyens pour défendre la liberté de l'information. Plusieurs médias soutiennent l'initiative et ont publié des articles, des tribunes, des interviews, des enquêtes ou des débats sur le thème de la liberté de l'information : l'Accent Bourguignon, AngersMag, ArtsHebdo, artsixMic, Bastamag, Causette, Cfactuel, DailyNord, Econostrum, Explicite, Factuel.info, France Inter (Le 7-9, L'instant M, Nicole Ferroni), L'Humanité, Le Journal Minimal, Les Jours, Made in Perpignan, Marsactu, Médiacités, Mediapart, Politis, Reporterre, Streetpress, La Tribune-Acteurs de l'économie, Télérama, XXI, Le Zéphyr.

  • Parkinson : un virus injecté dans le cerveau pour reprogrammer les cellules

    http://fr.cdn.v5.futura-sciences.com/buildsv6/images/wide1920/c/9/3/c9333c7436_105724_cerveau-parkinson.jpg
    11 avril, par webmaster@futura-sciences.com (Futura-Sciences) — médecine, maladie de Parkinson, dopamine, astrocyte, lentivirus, cellule souche, thérapie cellulaire, mouvement, À la Une
    Le 10 avril, veille de la journée mondiale Parkinson, paraissait une étude montrant l'efficacité, chez l'animal, d'une nouvelle thérapie cellulaire. Dans cette expérience innovante, des chercheurs suédois ont transformé des astrocytes du cerveau en neurones à (...)

... | 12 | 24 | 36 | 48 | 60 | 72 | 84 | 96 | 108 |...

Site

Vous pouvez proposer un site à ajouter dans cette rubrique :


captcha


Suivre la vie du site RSS 2.0 | libéralisme-démocraties : Plan du site | Espace privé | SPIP