libéralisme ou démocratie : accueil

[Plan du site maniprop.com]
Accueil du site > Mots-clés > maniprop > manipulation

manipulation


  • Rumeurs, manipulations, médias

    Rumeurs, anti-rumeur et contre-rumeur

    13 mai 2005, par Claude Rainaudi
    Qu’elle soit spontanée, ou le résultat d’une planification hostile ; qu’elle touche la réputation d’un dirigeant, la crédibilité d’un produit ou l’image d’une entreprise, la rumeur peut coûter très cher. La réponse des entreprises européennes aux effets pervers de ce media incontrôlable est souvent dictée par le bon sens. Pourtant, nous allons le voir, celui-ci est rarement suffisant pour comprendre et gérer les crises liées aux rumeurs.
    Rappelons (...)
  • influences inconscientes, manipulation et dégradation de l’individualisme

    LES INFLUENCES SOURNOISES ET LES MANIPULATIONS ORDINAIRES Un entretien de Claude Rainaudi avec Jean-Léon Beauvois

    21 octobre 2011, par Claude Rainaudi
    Claude Rainaudi interroge Jean-Léon Beauvois sur les attendus idéologiques et politiques de son livre récent consacré aux influences sournoises.
  • Antisémitisme, Ukraine : Bush a-t-il soutenu des néo-nazis ?

    De l’antisémitisme et du révisionnisme en Ukraine et au XXIème siècle

    30 janvier 2006, par Claude Rainaudi
    Dans certaines régions de l’Ukraine, la montée d’un racisme anti-russe semble, une fois de plus, aller de pair avec la montée d’un racisme anti-juif. Dernière péripétie en date, rapportée par l’Union of Councils for Jews in the Former Soviet Union, un député aurait très sérieusement « expliqué », en public, la différence entre un Juif et un « Youtre » (Kike) ainsi que la différence entre un Russe et un « Russkof » (Moskal). Ce député, Oleg Tyagnybok, s’était déjà illustré, en septembre (...)



0 | 3 | 6 | 9 | 12









Fatal error: Cannot redeclare html_9a725f077a6a06822274285e15b6bdb7() (previously declared in /home/liberali/www/ecrire/public/composer.php(48) : eval()'d code:12) in /home/liberali/www/ecrire/public/composer.php(48) : eval()'d code on line 91