libéralisme ou démocratie : accueil

[Plan du site maniprop.com]
Accueil du site > Actualités, analyses, réflexions, commentaires > Un numéro à saisir de Manière de Voir : L’internationale des (...)

Un numéro à saisir de Manière de Voir : L’internationale des riches.

samedi 31 mai 2008
La semaine qui vient de s’écouler fut faite de deux événements dont la mise en perspective est propice à une compréhension désabusée de notre vie socioéconomique. D’une part, plusieurs corps de métiers ont exprimé leur désarroi économique par des grèves et manifestations (pêcheurs, camionneurs, tant petits patrons que salariés, infirmières, agriculteurs…) D’autre part, nous avons appris que les patrons du CAC 40 avaient vu en 2007 leurs revenus augmenter de 58% (plus de 2000% pour l’un d’entre eux !) sans qu’il soit bien évident que cette augmentation était liée à la bonne performance de leur entreprise. Dans ce contexte, on se précipitera sur le numéro 99 de Manière de Voir (juin-juillet). L’éditorial fournit déjà une indication intéressante : alors que dans les années 80 les plus hauts taux d’imposition étaient aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France au moins égal à 80%, ils sont aujourd’hui inférieur à 40 %. La tombée du mur aura décidément désinhibé dans le bon sens les politiques libéraux. La fortune cumulée des millionnaires de la planète représente plus de trois fois le PIB étasunien. Trois grandes partie structurent la masse d’informations fournies. La première décrit le petit monde des grandes fortunes [1]. La deuxième partie, la fabrique des milliardaires montre comment la droite et la gauche se sont accordées pour laisser les riches organiser à leur profit la distribution des richesses de la planète et leur partage, reprenant à leur profit l’initiative d’une véritable lutte des classes jouant sur la complicité des élites et médias. La troisième partie, la planète comme casino reprend les thèmes de la seconde et questionne l’utilité (ou l’inutilité) sociale, culturelle, environnementale… des riches qui reprennent toujours le pouvoir qu’ils ont dû lâcher. J.-L. B.

Notes

[1] Pour figurer aujourd’hui dans le clan des 500 plus grandes fortunes, il faut un patrimoine de 60 millions d’euros. En 1997, 15 millions étaient suffisants.

Répondre à cette brève

5 Messages de forum









Suivre la vie du site RSS 2.0 | libéralisme-démocraties : Plan du site | Espace privé | SPIP