libéralisme ou démocratie : accueil

[Plan du site maniprop.com]
Accueil du site > Actualités, analyses, réflexions, commentaires > Estonie, Nazis : "Le gouvernement estonien danse sur les cadavres des Juifs (...)

Estonie, Nazis : "Le gouvernement estonien danse sur les cadavres des Juifs assassinés"

mercredi 8 août 2007

Le ministre de la Défense estonien participe à un meeting nazi

Les Pays baltes, Estonie, Lettonie et Lituanie ont emboîté le pas des dirigeants ukrainiens qui soutiennent le nazisme. Alors que 100000 nazis défilaient en Ukraine (voir : 100 000 Nazis manifestent en Ukraine, sur ukraines.fr ), les anciens de la 20e division SS estonienne se réunissaient, avec l’aval du pouvoir en place, dans la ville de Sinimiae.

C’est devenu une tradition : tous les ans, dans ce pays encore membre de l’Union Européenne, les anciens des divisions SS se réunissent pour écouter de la "musique folklorique", faire quelques prières et évoquer le bon temps où l’on pouvait massacrer les Juifs estoniens dans la joie et la bonne humeur.

Avec tant de joie et de bonne humeur, d’ailleurs, que, de la communauté juive estonienne, il n’est pratiquement rien resté que des cadavres après le passage de cette 20e division SS estonienne.

JPG - 33.4 ko
Carte nazie de l’Estonie : "Judenfrei".

Donc, tous les ans, depuis des années, sous l’oeil bienveillant du pouvoir estonien, ces braves gens se réunissent et pique-niquent sous les flonflons.

Cela constitue déjà une incroyable provocation et une honte pour l’Union Européenne.

Mais, cette année, une nouvelle étape a été franchie dans l’abjection : le ministre de la Défense de l’Estonie, Jak Aaviksoo, a participé en personne au rassemblement nazi. Non content de se mêler à cette foule peu recommandable, Jak Aaviksoo a pris la parole pendant le meeting pour qualifier les SS de « combattants indépendantistes ». Combattants indépendantistes... rappelons qu’il s’agit tout simplement de collabos qui ont aidé une troupe étrangère à envahir leur pays et à y faire régner la terreur.

Contrairement à l’Ukraine, ou plusieurs partis politiques et une bonne part de la population s’oppose aux complicités nazies du pouvoir en place, rien de cela en Estonie. Pas de condamnation officielle, pas même de contre-manifestation.

Il est vrai que la population estonienne s’était particulièrement "illustrée" par sa complicité avec l’Allemagne nazie pendant la dernière guerre.

Les protestations viennent donc de l’extérieur. Mais si faibles qu’elles sont à peine audibles : René van Der Linden Président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a mis l’affaire à l’ordre du jour de cette organisation et plusieurs dirigeants d’organisations juives ont protesté contre ces pratiques révisionnistes.

C’est le cas, par exemple, de Borouch Gorine, qui a déclaré que « le gouvernement estonien dansait sur les cadavres (was dancing on the bones) des Juifs assassinés » .

Voir en ligne : Estonia, Nazism : a Minister Claims Being Nazi in a Former SS Meeting !

Répondre à cette brève

27 Messages de forum









Suivre la vie du site RSS 2.0 | libéralisme-démocraties : Plan du site | Espace privé | SPIP