libéralisme ou démocratie : accueil

[Plan du site maniprop.com]
Accueil du site > Actualités, analyses, réflexions, commentaires > Robert Redeker au CNRS : la liberté d’expression justifie-t-elle que (...)

Robert Redeker au CNRS : la liberté d’expression justifie-t-elle que soit récompensée l’incompétence ?

jeudi 25 janvier 2007

Le Professeur Redeker a commis dans le Figaro un texte stigmatisant la violence guerrière de l’Islam. Il a pour cela été condamné à mort par des Islamistes, ce qui est un crime. Il était depuis protégé par l’État républicain et laïque, ce qui est le devoir d’un tel état. Tout cela a été dit et justement dit dans une brève de maniprop.com [journaliste menacé de mort=> http://liberalisme-democraties-debat-public.com/breve.php3 ?id_breve=39]

Dans cette brève on rappelait aussi :
  que Redeker était présenté par les journalistes et se prés entait lui-même comme professeur de philosophie et non, simplement, comme l’individu Robert Redeker. En tant que professeur de philosophie, en tant donc qu’agent social devant rendre compte à la société de l’exercice de sa mission, on pouvait attendre de lui qu’il fasse preuve de compétence.
  que de ce point de vue, son papier était purement et simplement indigne. Sa présentation de la parole du Christ comme parole de douceur et d’amour (opposée à la parole guerrière de Mahomet) ne résiste pas à une lecture non partisane (attribut d’une lecture philosophique) des évangiles. Un professeur de philosophie peut faire des choix et avoir des options, mais, en tant que professeur, il ne doit pas mentir. Or sa présentation de la parole du Christ est un pur mensonge propagandiste. Si ce n’est pas un mensonge, c’est une incompétence caractérisée.

Nous sommes attachés à la liberté d’expression de tout individu et même de tout agent social dont l’expression est constitutive du métier (artiste, journaliste, humoriste…) Mais la liberté d’expression ne nous semble pas justifier l’incompétence et le mensonge d’un professeur d’histoire (cas du révisionnisme) ou d’un professeur de philosophe [1], ou de tout autre agent social intervenant comme tel. Elle nous semble encore moins justifier qu’on récompense le mensonge et l’incompétence.

À moins que la nomination de Robert Redeker au CNRS soit à prendre, vu l’institution, comme une mise au rancart ? Jean-Léon Beauvois

Notes

[1] à moins que cette incompétence ne s’adresse qu’aux pairs et puisse être remise en question par les pairs dans le traitement habituel des connaissances scientifiques.

Répondre à cette brève









Suivre la vie du site RSS 2.0 | libéralisme-démocraties : Plan du site | Espace privé | SPIP