libéralisme ou démocratie : accueil

[Plan du site maniprop.com]
Accueil du site > Actualités, analyses, réflexions, commentaires > Ukraine : un responsable de pogroms antisémites honoré par la "révolution (...)

Ukraine : un responsable de pogroms antisémites honoré par la "révolution orange"

mercredi 17 mai 2006

Dans mon récent article De l’antisémitisme et du révisionnisme en Ukraine et au XXIème siècle, je signalais le développement, sous couvert de la "révolution orange" financée par les USA, d’une vague de racisme antirusse et antisémite en Ukraine.

Les dernières élections ont montré l’effondrement de la popularité des "oranges" qui cherchent maintenant à se partager le gâteau ukrainien dans une coalition incertaine.

En marge de ces tractations, le rideau tombe sur les mobiles obscurs de certains dirigeants, sans doute d’un "orange" plutôt "brun".

Dernière lubie de ces tristes sires, le journal Kommersant-Ukraine nous apprend que, le 1er décembre 2006, à Kiev, à l’angle de la rue Volodimerska et de l’avenue Taras-Chevtchenko, sera inauguré un monument à la gloire de l’Ataman Général Pétlioura.

L’Ataman Général Pétlioura, fut, à son corps défendant, si je puis dire, à l’origine de la création de la LICA (Ligue contre l’antisémitisme), actuellement LICRA. Ce grand pourfendeur de Juifs, civils de préférence, fut en effet abattu par Samuel Schwartzbard, un Juif révolutionnaire, en plein Paris, le 25 mai 1926. Le sinistre ataman avait fui la révolution communiste et se croyait à l’abri chez nous.

D’après le site de la LICRA :

« Le jeune homme, d’origine juive, avoue spontanément qu’il a voulu, par son geste, venger les siens victimes des pogroms organisés en Ukraine sous le régime des tsars. Or, l’un des responsables de ces expéditions "punitives" dirigées contre les populations juives est précisément l’homme que Samuel Schwartzbard a abattu en plein Paris.

Déféré devant la Cour d’Assises de la Seine, l’inculpé est défendu par Me Henry Torrès, un des ténors du barreau de l’époque.

Le procès fait grand bruit. Un jeune journaliste qui suit les audiences du tribunal avec une attention soutenue, lance une campagne d’opinion en faveur de l’acquittement du meurtrier. Ce jeune chroniqueur judiciaire s’appelle Bernard Lecache. Son but est de sauver la vie de Samuel Schwartzbard [et son] combat contre les persécutions raciales et antisémites qui sévissent de par le monde.

Pour ce faire Bernard Lecache crée "la Ligue contre les Pogroms" à laquelle adhérent d’enthousiasme des personnalités influentes comme Victor Basch, Léon Blum, Albert Einstein, Edouard Fleg, Maxime Gorki, Paul Langevin, la Comtesse de Noailles, Georges Pioch, Séverine, André Spire. Le 26 octobre 1927, après la plaidoirie de Me Henry Torrès, dont toute la presse souligne la hauteur de vue et la force de conviction, les jurés de la Cour d’Assises de Paris déclarent Samuel Schwartzbard "non coupable". C’est l’acquittement dont l’annonce est saluée par les applaudissements du public.

Dans les jours qui suivent la Ligue contre les Pogroms se transforme en Ligue Internationale Contre l’Antisémitisme (LICA). »

C’est bien cet Ataman Général Pétrioula, pogromiste en chef de l’Ukraine tzariste, que les grands démocrates de la "révolution orange" ont l’intention de statufier.

CR

Répondre à cette brève

62 Messages de forum









Suivre la vie du site RSS 2.0 | libéralisme-démocraties : Plan du site | Espace privé | SPIP