libéralisme ou démocratie : accueil

[Plan du site maniprop.com]
Accueil du site > Influences, propagandes, désinformations, endoctrinements, intox > Film turc "La Vallée des loups - Irak" : censures et délires

Guerre de l’information, propagande glauque et cinéma turc

Film turc "La Vallée des loups - Irak" : censures et délires

Quand la « contre-propagande glauque » déstabilise les médias dominants

mercredi 15 mars 2006, par Claude Rainaudi

Du film « La Vallée des loups - Irak », la plupart d’entre vous, je suppose, n’a jamais entendu parler. Il est pourtant premier au box office en Turquie et à déjà « fait » 250000 entrées en Allemagne.

Pour une fois, les troupes US sont les cibles du nouveau James Bond et nous nageons en pleine « contre-propagande glauque ». Que le héros conventionnel, le troupier étasunien, soit dépeint comme une cible légitime, cela pose un vrai problème de guerre de l’information.

Si ce film est un succès en termes financiers, d’autres pourront suivre...

Article publié en co-édition avec vigirak.com.



Nouvel article :

Turquie, USA et terrorisme kurde, les infos ici : Face aux USA, la Turquie relève la tête

L’entrée de l’armée turque dans le Kurdistan irakien entraînerait la pire défaite jamais essuyée par les USA.


Du film « La vallée des Loups - Irak » (« Kurtlar vadisi - Irak »), la plupart d’entre vous, je suppose, n’a jamais entendu parler. Il est pourtant premier au box office en Turquie (quatre millions de spectateurs le premier mois) et à déjà « fait » 250000 entrées en Allemagne, et en VOST.

En France, vous pouvez voir « La Vallée des loups - Irak » au Cinéma du monde, 42, boulevard Bonne-Nouvelle, dans le 10e arrondissement de Paris [1] et dans dix autres salles, en province.

Un film turc, une recette hollywoodienne

(Pour en savoir un peu plus sur ce film et regarder sa bande-annonce [2], vous pouvez vous rendre sur le site officiel du distributeur de La Vallée des loups.)

Plus importante production turque de tous les temps, ce film de Serdar Akar [3] sacrifie à presque toutes les modes hollywoodiennes :
- reprise du héros d’une série télévisée à la mode [4] ;
- effets spéciaux pyrotechniques et hémoglobineux (beurk !) ;
- méchants très très méchants ;
- gentil très très fort qui tue tous les méchants ;
- chef des méchants carrément fanatique et affligé d’une marotte ;
- combat singulier à la fin, au cours duquel le gentil tue à la loyale le chef des méchants...

Bref, tout pour marcher. On se demande bien pourquoi la presse n’annonce pas la sortie du chef-d’oeuvre, sinon avec les mois d’avance habituels, du moins avec pas trop de retard. Ah, oui, j’ai peut-être une explication. L’une des modes hollywoodienne a été oubliée : les gentils ne sont pas étasuniens, ce sont les méchants qui le sont.

(Long silence perplexe dans l’assistance...)

Oui, les méchants sont étasuniens et, accessoirement, le James Bond de service est turc. Pas ordinaire, non ?

Windows Media - 12.2 Mo
Bande annonce de La Vallée des loups

Vous pouvez regarder la bande annonce du "James Bond turc" en cliquant sur la vignette ci-dessus.

Attention : la taille du fichier fichier dépasse les 12 Mo est le téléchargement peut-être assez long (plusieurs minutes avec une connexion rapide)

Censures et silences

Cette innovation a provoqué deux réactions, ma foi prévisibles, mais dont l’ampleur, de mon point de vue, touche au délire :
- des demandes de censure "dure" ;
- une effective censure "douce".

En Allemagne, de nombreuses personnes, dont le « roi de Bavière », Edmund Stoiber, représentant du parti de la Chancelière Angela Merkel, ainsi que des représentants du parti « Vert » réclament l’interdiction pure et simple du film et demandent aux exploitants de le retirer des salles.

En France, où la censure officielle est toujours mal vue — et je m’en réjouis — on choisit plutôt, pour l’instant, de ne point parler du film. Un phénomène cinématographique est en train de se dérouler dans le silence gêné de la plupart des médias [5]. Dans le même temps, la majorité de ceux qui osent évoquer le film le font en des termes propres à en dégoûter le lecteur, sans aucun argument critique.

Le principal argument des censeurs loquaces [6] est que le film serait antisémite. Argument valable s’il en est ! Pourquoi donc ce film serait-il antisémite ? Eh bien parce qu’un (oui, un) Juif y tient un rôle de méchant. Voilà des gens (les médias dominants) qui ont soutenu la peste brune antisémite sous prétexte de « révolution orange » en Ukraine (voir mon récent article à ce sujet sur maniprop.com De l’antisémitisme et du révisionnisme en Ukraine et au XXIème siècle) et qui crient à l’antisémitisme parce un méchant d’opérette est juif... Je parlais, dès le titre, de délire. À moins — ce qu’à la laïcité ne plaise ! — que l’on considère les Juifs comme des sur-citoyens nantis des attributs de la majesté, je vois mal comment on pourrait encore tourner des films s’il devenait impossible de mettre en scène un méchant appartenant à une ethnie donnée. Juifs, bien sûr, mais également Apaches, Esquimaux, Polonais, Lituaniens, Zoulous, Allemands, Papous, Arabes, Viêtnamiens et tous les autres ne pourraient plus fournir matière à un honnête ennemi de héros... il nous resterait la science-fiction, jusqu’à ce que quelque hurluberlu este en justice contre un auteur qui aurait donné une vilaine image des civilisations exoplanétaires en confiant le mauvais rôle à un petit homme vert.

Un premier example de « contre-propagande glauque »

Fi donc des spécieux. La vraie raison des appels à la censure ne me semble pas là. La vraie raison des appels à la censure, à mon humble avis, est que, pour une fois, les troupes US sont les cibles du nouveau James Bond et que nous nageons en pleine « contre-propagande glauque ». Que l’on produise des films ennuyeux pour intellectuels de gauche et que ces films présentent les USA sous leur jour le plus noir ne gêne quiconque — fors leurs spectateurs depuis qu’il est interdit de fumer dans les salles d’Art et Essai. Mais que le héros conventionnel du film destiné au grand public, le troupier étasunien, soit dépeint comme une cible légitime, cela pose un vrai problème de guerre de l’information : les USA pourraient perdre leur suprématie en matière de propagande glauque [7].

Si ce film est un succès en termes financiers, d’autres pourront suivre. On verra demain un « Top Gun » russe dans lequel un pilote de Sukhoï SU-30Mk se farcira à la pelle (ou au R-77 RVV-AE !) des aéronefs US (ce qui n’est pas trop difficile, compte tenu des performances du couple SU-30Mk / R-77), coulera quelques porte-avions (ce qui est... moins réaliste) puis se parachutera au coeur du Texas pour éliminer, à mains nues, le chef d’un lobby militaro-industriel qui menaçait le monde d’une dictature biométrique... On verra des jeux sur consoles où il sera enfin possible de se servir de l’AK-47, du RPG-7V1 ou du VSSK Vychlop pour décimer des assassins de la CIA... On lira des romans de gare où le héros se glisse dans les goulags de l’Otan pour en libérer des opposants politiques que l’on y fait lentement mourir par le poison, le défaut de soins, les humiliations et les tortures... Que sais-je encore ?

Alors, si messieurs les censeurs ont une autre justification de leurs pratiques, qu’ils veulent bien me faire savoir pourquoi ils ne se sont jamais souciés des milliers de méchants Russes, Coréens, Comanches, Arabes, Viêtnamiens, Est-Allemands, Cubains et autres que des centaines de gentils James Bonds et de gentils Rambos ont oniriquement envoyés ad patres et pourquoi ils trouvent tout à coup parfaitement inacceptable qu’un gentil James Bond turc dégomme, tout aussi oniriquement, un certain nombre de méchants Gls.

Ah, oui... Je n’ai pas vu le film et je vais rarement au cinéma. Mais dès que ça sera fait, je vous donnerai un avis, non plus sur les censeurs et leurs mobiles les plus probables, mais sur le film lui même.

Un petit jeu cinématographique sur la censure

En attendant, nous pouvons jouer aux « scénarios croisés ». Comment pensez-vous que la critique aurait accueilli le film suivant. Comme d’habitude, ou comme La Vallée des loups ?

« La Vallée des chacals raconte comment le jeune John se rend au Kurdistan irakien pour éliminer un capitaine irakien, Mohamed, qui avait trahi un ami officier de l’armée US. Quelques minutes suffisent pour repérer les « bons », les Etasuniens, tirant — presque — toujours de face, et les « méchants », les « amis » qui mitraillent les enfants et bombardent les ambassades US.

Le capitaine Mohamed est particulièrement tourné en ridicule : il a la plupart du temps du kat dans la bouche, il s’est fait livrer un narghilé plaqué or dans son quartier général.

On le surprend à prier dans ses moments de doute, à quatre pattes face à La Mecque. Derrière son bureau est accroché un chromo de la Qaaba.

Le film, qui regorge de violence sanguinolente, s’attarde aussi sur un médecin nord-coréen prélevant des organes sur des otages blonds à des fins de transplantation. Au passage, le réalisateur Teddy Bird en profite pour dénoncer, plus sobrement, la torture des otages.  »

Alors ? Cris, censures et patenôtres ? Ou simple critique cinématographique ? Bon... allez donc comparer « La Vallée des loups » et « La Vallée des chacals » sur cyberpresse

P.-S.

France : le CNC censure La Vallée des loups.

Le 8 mars, le Centre national de la cinématographie a proposé d’interdire le film turc aux moins de 16 ans. Il faudra que je pense à prendre mon passeport.

Le CNC a certainement les meilleures raisons pour justifier cette interdiction. Je trouverais donc intéressant qu’il nous les communique. Ainsi, nous pourrons lui donner un coup de main lorsqu’il attribuera les visas des prochains James Bond, Rambo, Chute du faucon noir, Rois du désert et tutti quanti.

Notes

[1] Salle anciennement appelée "Cinémathèque française". Métro "Bonne Nouvelle". Tél. : 01 56 26 01 01. Publicité gratuite rendue nécessaire par le black-out des publications spécialisées dans les programmes des spectacles.

[2] semble, hélas, lisible seulement avec IE

[3] Serdar Akar est lauréat du prix spécial du jury du Festival de Cannes

[4] « La Vallée des loups » est le titre d’une série populaire dont le héros, Polat Alemdar, est joué par Necati Şaşmaz

[5] Gageons que cette tactique ne saurait fonctionner très longtemps

[6] Les censeurs muets seraient bien en peine d’avancer des arguments en respectant leur stratégie de l’étouffoir

[7] La propagande glauque cherche à agir en court-circuitant la pensée consciente et le débat. Elle s’appuie principalement sur les phénomènes de modelage et de conditionnement évaluatif. Pour plus d’informations voir, par exemple, sur maniprop.com, cet article de Jean-Léon Beauvois : Propagande médiatique. La fabrique des opinions de base par la propagande glauque.

Répondre à cet article

101 Messages de forum


Suivre la vie du site RSS 2.0 | libéralisme-démocraties : Plan du site | Espace privé | SPIP