libéralisme ou démocratie : accueil

[Plan du site maniprop.com]
Accueil du site > Archives, annexes et références > Prisonniers irakiens, nouvelles photos : en mai, fait ce qu’il te (...)

Tortures en Irak : de nouvelles images

Prisonniers irakiens, nouvelles photos : en mai, fait ce qu’il te plaît

Prises en mai, ces photos datent d’après le scandale d’Abou Gharib (Abu Ghraib)

lundi 23 mai 2005, par Claude Rainaudi

Le 11 mai 2004, dans les colonnes de vigirak.com, sous le pseudonyme collectif Ferdinand, je dénonçai la dérive médiatique qui consiste à mettre en avant du spectacle, de préférence à connotation scabreuse, pour cacher les crimes réels. Les photos douteuses d’Abou Gharib (Abu Ghraib) éclipsaient les horreurs du premier siège de Falloudjah (Fallujah).

Article original : Le triomphe de la déraison

Je récidivai le 6 décembre 2004, avec un nouvel article mettant de nouveau en cause le choix des médias. Parmi les photos de tortures et mauvais traitements dont des Irakiens avaient été victimes en mai 2004, une nouvelle fois, ils avaient choisi de publier des photos de type "porno gay" plutôt que celles qui montraient des scènes de violence.

Cet article se concluait ainsi : Une fois de plus, la plupart des médias choisissent les images scabreuses, nous faisant passer la guerre pour un porno un peu crade. Cacher toutes les photos aurait nourri la curiosité. Montrer les crimes étasuniens aurait alimenté la révolte. Alors, on projette au monde du fantasme grotesque. Derrière l’écran de cette projection, l’occupant mutile, tue, torture. En silence.

L’article original est visible ici : Prisonniers irakiens, nouvelles photos : en mai, fait ce qu’il te plaît

Une version abrégée de ces deux articles a été placée dans la zone archives, annexes et références de maniprop.com afin d’illustrer un article plus général sur ce sujet, qui sera bientôt mis en ligne.

Voici le second de ces articles :


Des photos prises en mai montrent qu’Abou Gharib n’était pas une exception, mais une politique. Beaucoup de médias semblent, eux-aussi, avoir une politique : préférer le scandale facile à la dénonciation des crimes.

Prisonniers irakiens II : Le Retour. Nouvelles tortures, nouvelles images

Ils nous l’avaient bien dit : « C’est une minorité » ; « Les officiers n’étaient pas au courant » ; « Rumsfeld et Bush non plus, vous pensez bien ! » ; « D’abord, on n’est pas racistes » ; « En plus, on respecte les Conventions de Genève » ; « Nous sommes civilisés » ; « Nous sommes le Bien qui combat le Mal » et ainsi de suite. D’aucuns eurent la faiblesse d’y croire. Abou Gharib (Abu Ghraib) n’existait pas, n’avait jamais existé et n’existerait jamais, veuillez fermer les yeux et vous disperser en silence, l’incident était clos.

Nous fûmes néanmoins quelques-uns — mauvaise volonté ou expérience ? — à trouver la couleuvre un peu grasse, à en refuser la déglutition. « Mauvais citoyens que vous êtes !, nous glapit alors la rumeur atlantiste, douter ainsi de la parole de l’Amérique ! ». Certes, nous en doutâmes. Il faut dire que la parole de ce qu’ils appellent « l’Amérique », on a tellement appris à en douter que c’est devenu un réflexe. Après les « armes de destruction massive », les « liens » entre el Qaïda et l’Irak, les missiles irakiens qui pouvaient détruire la Grande-Bretagne en 45 minutes, Colin Powell, à la tribune des Nations-Unies, qui agite un peu de plâtre en criant « Anthrax, anthrax ! » et tant d’autres billevesées... le jour ou Bush nous dira qu’il a deux jambes, on demandera une expertise indépendante.

Au sujet de cet Abou Gharib (Abu Ghraib) qui n’avait jamais existé, je commis, voici quelques mois, un rapide article sur votre site préféré : http://vigirak.com/article.php3?id_.... J’y épinglai, avec quelque acrimonie, le traitement que la presse avait réservé au sujet. Pour faire bref, les photos qui semblaient tirées d’un mauvais porno, mi-homosexuel, mi-sadomaso, avaient fait la Une, médiatiquement présentées comme des « tortures », alors que, manifestement, les malheureux prisonniers qui y étaient visibles n’avaient pas été torturés. Ceci permit d’occulter les véritables tortures et les crimes odieux des envahisseurs. Bis repetitat placent, voici Prisonniers irakiens II : Le Retour... mêmes Rambo, mêmes metteurs-en-scène, mêmes producteurs.

Les nouvelles photos ont été prises en mai, après le scandale d’Abou Gharib (Abu Ghraib), par des soldats professionnels, les SEALs

Contrairement à ce que l’on a fait croire à la majorité des gens, la maltraitance des prisonniers constitue bien une politique des forces d’occupation, pas un moment d’égarement de quelques réservistes illettrés et perturbés par le dépaysement. Ces nouvelles photos, si l’on en croit les dates qu’elles portent, ont été prises en mai, donc après la médiatisation du scandale d’Abou Gharib (Abu Ghraib) :

JPG - 25 ko
Con et fier de l’être
Ce "Rambo" est assez bête pour se faire photographier dans cette pitoyable posture, hilare parmi des prisonniers... avec la date : mai 2004.

Comme quoi rien d’efficace n’a été tenté pour faire cesser ces pratiques. Par ailleurs, cette fois-ci, elles ne sont pas le fait de réservistes mal formés, mais de membres d’une des unités les plus performantes et les mieux entraînées de l’armée étasunienne : les US Navy SEALs [1]. La formation d’un SEAL dure des années et coûte une petite fortune. Rien n’est laissé au hasard. Si ces gens-là maltraitent et torturent les prisonniers, c’est parce qu’on le leur a appris. Explicitement ou de façon tacite, je l’ignore. Mais « on » s’est débrouillé pour que des soldats se comportent comme des brutes ; et « on » a réussi.

Les médias nous refont le coup du « porno gay »

Passons. Après le génocide silencieux de Falloujah (Falluja), sur lequel je reviendrai, quelques torturés supplémentaires ne sont plus que routine... À force de vomir, on en a l’estomac vide. Le point qui me paraît le plus important pour l’analyse, c’est la répétition du schéma médiatique que j’avais dénoncé dans l’article précédemment cité : http://vigirak.com/article.php3?id_.... La photo que l’on nous présente le plus souvent montre un prisonnier irakien que des « soldats » étasuniens ridiculisent : ils l’ont affublé de sous-vêtements féminins. La voici :

JPG - 27.6 ko
"Féminisation" d’un prisonnier irakien
Et dire que ces "SEALs" sont probablement "homophobes"...

L’allégorie à un « porno gay » n’échappera à personne.

Ce traitement, je le répète, est illégal, inadmissible et contraire aux Conventions de Genève ainsi qu’au respect humain le plus élémentaire. Il est, de plus, profondément stupide : voilà un bon moyen de recruter des candidats à l’attentat-suicide. Mais il ne constitue pas une torture. Il est d’autres images que nous voyons moins. Celles-ci, par exemple, sont tirées de la même série. Elles ont été communiquées aux médias au même moment, dans les mêmes conditions. Elles présentent un prisonnier irakien couvert de sang et brutalisé par la soldatesque étasunienne. Elles ne sont pas les favorites des médias.

JPG - 26.8 ko
Prisonnier irakien blessé
JPG - 30 ko
Prisonnier irakien dénudé et couvert de sang

Une fois de plus, la plupart des médias choisissent les images scabreuses, nous faisant passer la guerre pour un porno un peu crade. Cacher toutes les photos aurait nourri la curiosité. Montrer les crimes étasuniens aurait alimenté la révolte. Alors, on projette au monde du fantasme grotesque. Derrière l’écran de cette projection, l’occupant mutile, tue, torture. En silence.

Notes

[1] précisément, il s’agit de membres du SEAL Team Five, basé à Coronado

Répondre à cet article

54 Messages de forum


Suivre la vie du site RSS 2.0 | libéralisme-démocraties : Plan du site | Espace privé | SPIP